blue beads

image Pierre



signature Pierre

La voix du
reniement


Matthieu 26: 32-35 , 57-58 , 69-75


Pierre pleurait amèrement. Ses mains, rendues rugueuses par l'eau de la mer et par les filets de pêche, couvraient son visage souillé de larmes et étouffaient ses sanglots. C'est lui qui avait déclaré avec assurance " Quand tu serais pour tous une occasion de chute, tu ne le seras jamais pour moi. " C'est pourtant ce qu'il a fait dans le cours du déroulement de l'histoire de Pâques. Comment a-t-il bien pu renier son Seigneur, pas une fois, ni deux, mais trois fois? Son seul espoir était qu'un jour il pourrait déclarer ses vrais sentiments pour Jésus.



Comme j'ai détesté entendre ce chant du coq. Son cri pénétrant a percé mon coeur. Bien sûr, j'en avais déjà entendu chanter des coqs. Je suis un pêcheur. J'ai pêché sur la mer de Galilée presque toute ma vie. Au point du jour, lorsque venait le temps de ramener nos prises à la rive, j'ai souvent entendu les coqs chanter. Mais jamais aucun coq n'avait chanté avec un son aussi perçant ni avec autant d'intensité que celui-là. En l'entendant, je me suis senti comme dévasté.

Jésus m'avait prévenu. Il avait dit que Satan me passerait au crible comme le meunier crible le blé. Le Sauveur avait dit aussi qu'Il avait prié pour moi, afin que ma foi ne défaille pas. Pourtant Il savait que je le renierais lorsque viendrait le temps.

Comment cela a-t-il pu arriver? Il y a à peine quelques heures, je défendais mon Sauveur dans le Jardin de Gethsémané. Impulsivement, j'ai tenté d'empêcher les soldats de L'appréhender en sortant mon épée et en attaquant Malchus, un des serviteurs du souverain sacrificateur. Comment un tel acte de bravoure a-t-il pu être suivi d'un tel geste de couardise? Je vais me poser cette question bien longtemps.

Je me souviens de la confusion lorsqu'ils ont emmené Jésus du jardin. La plupart des disciples ont pris la poudre d'escampette, mais Jean et moi avons suivi la cohue jusqu'au palais du souverain sacrificateur. Je ne sais pas au juste ce qui nous a attirés là. Peut-être nous sentions-nous contraints de savoir ce qui arriverait à Jésus.

La maison du souverain sacrificateur était de l'autre côté de Jérusalem. Nous nous sommes frayé un chemin dans la noirceur des rues tout en gardant une bonne distance derrière les soldats. Le souverain sacrificateur est un des citoyens les plus riches de Jérusalem et sa maison le démontre bien. C'est une maison grandiose avec des chambres construites autour d'une cour ouverte. Pour pénétrer à l'intérieur de la cour, nous avons dû passer par un passage voûté. Une lourde porte bloquait l'accès de la rue. À l'autre bout du passage, une autre porte barrait notre entrée à la cour. Une jeune femme agissait comme gardienne de la porte. Heureusement, elle connaissait Jean. Ainsi lorsqu'il lui a dit vivement " Il est avec moi, laisse-nous entrer ", elle nous a laissé passer. Nous étions à l'intérieur de la demeure du souverain sacrificateur. ouvrir Bible

Jean suivit les soldats jusqu'au vestibule où une grande foule était assemblée. J'ai pensé que je serais mieux de me mêler à la foule grouillante. Je voulais disparaître dans la foule. Et si quelqu'un me reconnaissait? Je venais juste de couper l'oreille du serviteur du souverain sacrificateur. Un de ces hommes me reconnaîtrait sûrement. C'était dangereux pour moi d'être ici, mais où donc pourrais-je aller?

Tout d'un coup, la jeune fille qui était assise à la porte est venue près du feu où je me réchauffais. Je savais qu'elle était mal à l'aise lorsque Jean lui avait demandé de nous laisser entrer tous les deux dans la cour.

" Tu es un des disciples de cet homme, n'est-ce pas? " Répondre oui m'aurait mis dans le trouble, alors j'ai nié: " Pas moi! Je ne suis pas un disciple du Nazaréen." Je lui tournai le dos et je commençai à jaser avec des hommes rassemblés autour du feu. J'aurais voulu qu'elle s'en aille. C'est ce qu'elle fit, mais pas avant d'avoir fait part de ses soupçons à un des ses amis.

Ça n'a pas pris de temps avant que cet ami dise à ceux qui se rassemblaient: " Ce gars est l'un d'eux. Il était avec Jésus le Nazaréen. "

Faisant choeur, quelques-uns des hommes m'accusèrent d'allégeance à Jésus. Une seconde fois durant cette même nuit j'ai renié mon Seigneur: " Toi, je ne sais pas ce que tu veux dire."

Que m'arrivait-il? Je me sentais rempli de colère et de honte.

Ce double reniement sembla satisfaire les gens. Ils vaquèrent à leurs occupations, s'affairant aux événements de cette nuit-là. Les choses se sont apaisées. J'ai pensé que peut-être, juste peut-être, je les avais bernés. Sûrement que deux reniements seraient suffisants pour sauver ma peau, mais j'avais tort.

La nuit s'éternisait. Qu'est-ce qui pouvait bien se passer dans cette salle d'audience? Qu'est-ce qu'ils faisaient à Jésus? ouvrir Bible

Environ une heure plus tard, un homme m'accosta: " Tu es Galiléen, n'est-ce pas? "

Je savais que mon accent révélait que je venais du nord du pays. Et puis après? Beaucoup de Galiléens étaient en ville pour la Pâque. Où voulait-il en venir? Est-ce que ces gens-là essayaient d'établir un lien entre moi et Jésus?

En désespoir de cause je dis: " Je ne sais pas de quoi vous parlez. " Furieux et énervé, je me mis à proférer des imprécations et à jurer que je n'avais jamais connu Jésus. Quel spectacle navrant je devais donner.

Mais mon discours violent s'arrêta net quand un coq se mit à chanter. Exactement comme Jésus avait prédit. Il m'avait dit que je le renierais trois fois avant que le coq chante. J'avais affirmé que ça ne pouvait pas se produire, pourtant voilà bien ce qui est arrivé.

Moi, son ardent disciple et son principal défenseur, j'étais devenu la voix du reniement. Le chant du coq en était la preuve. Çe chant ne voulait rien dire aux autres, rien d'autre que le matin était arrivé. Mais pour moi, ça voulait tout dire.

Maintenant, je me tiens ici, honteux et abattu. Je n'ai même pas été capable d'admettre que je connaissais Jésus. Quel genre de disciple suis-je?

Probablement qu'un jour Jésus me donnera l'occasion de lui démontrer ce que je ressens réellement pour Lui. Peut-être que je pourrai lui déclarer combien je l'aime, tout autant que je l'ai renié cette nuit. Pour le moment, le chant aigu de ce coq résonne dans mes oreilles. C'est un son que je n'oublierai jamais; ce son-là, je prie que Jésus ne s'en souvienne pas. ouvrir Bible





© Tous droits réservés

Toute reproduction interdite, incluant photocopie.
Une production française de

le 20 février 1996
pcube| RETOUR AU TABLEAU DES VOIX |pcube


00[an error occurred while processing this directive]