CLÉOPAS
la voix de l'assurance




Luc 24:13-40

L'espoir est une des nécessités de la vie. Deux voyageurs d'Emmaüs avaient entrepris leur voyage de retour à la maison sans aucun espoir, jusqu'à ce qu'ils se fassent accoster par un étranger sur la route.
Finalement, ils en sont venus à connaître l'espoir qui réside dans le Christ ressuscité, espoir qu'ils partagèrent avec d'autres.


Comme le temps de la célébration de la Pâque était proche, nous fîmes le voyage de notre petit village d'Emmaüs à Jérusalem. C'est pourquoi nous étions dans la capitale lorsqu'ils ont crucifié Jésus. Jamais ne nous était-il venu à l'esprit en quittant la maison que nous serions témoins d'une chose pareille. Notre Sauveur, le seul espoir pour les Juifs et pour le monde, mis à mort au lieu appelé la Colline du Crâne. Je croyais réellement que cet homme était le Messie. Mon ami et moi étions même devenus de ses disciples. En le regardant mourir, nous savions qu'Il était parti pour toujours, et qu'il en était de même pour notre espoir.

Bien sûr, nous avions entendu la rumeur qu'Il était ressuscité des morts ce matin, mais nous n'avions aucun moyen d'en être certains. À Jérusalem, les rumeurs courent vite. Nous souhaitions que ce fût vrai mais nous savions que c'était impossible. Puisque nous n'avions plus rien à faire à Jérusalem, nous décidâmes de retourner à la maison. C'est bien déprimés que nous nous mîmes en route. Le printemps approchait, mais on n'entendait pas d'oiseaux chanter, pas plus que nous ne voyions de fleurs dans les champs. Les cieux étaient gris et lugubres. Non seulement avions-nous enterré notre Sauveur, nous avions également enterré nos espoirs.

Notre marche lente était pénible et notre conversation était funeste. Tout à coup, nous entendîmes des pas derrière nous. Je ne reconnus pas cet homme. Quand il arriva à côté de nous, il remarqua notre tristesse et nous demanda de quoi nous parlions. Tout d'abord, aucun de nous ne répondit. Finalement je dis: "Où étais-tu ces derniers jours? N'as-tu pas entendu parler de ce qui est arrivé à Jérusalem? Es-tu un étranger dans le bout?" Je ne pouvais pas voir comment quelqu'un de la ville ne puisse pas savoir ce qui s'était passé.

Au cours des dernières années, beaucoup de personnes avaient été crucifiées. Depuis l'arrivée des Romains, c'était devenu une forme courante d'exécution. Mais jamais il n'y avait eu une crucifixion comme celle-là. Des ténèbres épais, noirs comme de l'encre, avaient enveloppé l'espace durant trois heures (*). Des tremblements de terre avaient secoué les régions avoisinantes. Certains racontaient que des tombes s'étaient ouvertes et que des corps étaient ressuscités, apparaissant à des gens à Jérusalem (*). Comment cet étranger pouvait-il ne pas être au courant de ces faits? Il semblait pourtant sincère. Alors, nous lui racontâmes ce qui nous était arrivé au cours des trois derniers jours. C'était facile de Lui parler. Il ressemblait à un ami.

Nous Lui avons fait part que Celui duquel nous attendions le salut pour Israël avait été crucifié. Nos espoirs avaient été anéantis. Maintenant, personne ne nous délivrerait des Romains. Trois jours s'étaient écoulés depuis Sa sépulture. Son corps avait déjà commencé à pourrir. Même la plus petite lueur d'espoir que nous ayons pu avoir avait été engloutie dans une nuit de désespoir total.

Nous Lui avons aussi mentionné comment quelques-unes des femmes avaient raconté qu'elles avaient trouvé le sépulcre vide ce matin. Nous n'avions pas vu nous-mêmes le tombeau vide, mais nous savions que ça ne pouvait pas être vrai.

Alors, notre compagnon s'adressa à nous avec éloquence: "Oh! hommes insensés, que vous êtes lents à croire ce que les prophètes ont annoncé!" Et il entreprit d'expliquer les Écritures, commençant par Moïse et les prophètes. Nos oreilles s'agrandirent en entendant ce qu'Il nous disait.

Nous marchâmes durant des heures en écoutant les enseignements de cet homme. L'après-midi prenait fin lorsque nous arrivâmes au village. Nous invitâmes l'étranger à demeurer avec nous. Il était périlleux de voyager la nuit à cause des voleurs. En plus, Il était une personne remarquable et nous voulions entendre encore plus de ce qu'Il avait à nous dire.

Il accepta notre invitation. Nous parlâmes encore un peu plus d'une heure. Bientôt, ce fut le temps de manger. Après nous être inclinés à la table, Il prit le pain, le bénit, le rompit, et nous commençâmes à manger.

C'est seulement à ce moment que j'ai remarqué les marques sur Ses mains: "Montre-moi tes mains." Lentement, il les retourna et voilà, il y avait des marques de clou. Je me levai la tête et regardai dans la douceur de ses yeux. Je demeurai bouche bée; je ne pouvais plus dire un mot. Mon coeur se mit à battre la chamade. Je sus que je regardais le visage de mon Rédempteur béni, le Christ ressuscité! Les femmes avaient raison après tout! Pierre et Jean n'avaient pas dit d'absurdités! Ce que Jésus avait prédit était arrivé. Il était vivant et en plein dans ma maison, incliné à ma table! Je n'eus pas sitôt fait de comprendre qui était ce divin étranger qu'Il disparut.

Je me levai rapidement et dis à mon ami: " Nous devons retourner à Jérusalem. Il faut aller leur dire ce qui vient d'arriver. "

" Es-tu fou? " dit-il. " Nous venons juste de marcher durant des heures et il fait déjà noir. Ça va être dangereux. "

Il avait raison, mais ça n'avait pas d'importance. Il fallait que nous retournions. Nous devions affirmer ce que nous avions vu, que Jésus était vivant.

Ce parcours de onze kilomètres fut le voyage le plus excitant de ma vie. Je savais que les disciples se cachaient des autorités. Nous avions tous peur des représailles de Rome. Nous nous rendîmes au lieu de rencontres secret. Pierre, Jacques, Jean et plusieurs autres y étaient. J'avais tellement hâte de tout leur raconter.

Je suis une des douze voix de Pâques. Mon nom est Cléopas, la voix de l'assurance. Que les autres disent bien ce qu'ils voudront; moi je sais que c'est vrai. Jésus est vivant! Mes yeux ont vu le Christ ressuscité. Je vous l'assure, Jésus est vivant!




© Tous droits réservés

Toute reproduction interdite, incluant photocopie.

Une production française de

le 11 mars 1996
| RETOUR AU TABLEAU DES VOIX |


00[an error occurred while processing this directive]